CONTINENTAL HOTEL

BUDAPEST

fr

Restaurante

La conception du restaurant de notre hôtel évoque principalement l’offre des restaurants de la belle époque, tout en offrant en même temps une sélection de spécialités internationales à la mode. Nous servons les gourmandises préférées de l’époque en deux assortiments distincts, ce qui rend notre concept spécial en son genre. Outre une sélection de plats des goûts traditionnels hongrois, notre menu propose aussi des merveilles gastronomiques recréées en utilisant les technologies culinaires les plus modernes telles que la technologie « Sous Vide ».

Nous sommes convaincus que la gastronomie hongroise, semblablement à notre histoire musicale, à nos caractéristiques linguistiques, à notre héritage artistique, scientifique ou autre, fait partie intégrante de la culture hongroise. La cuisine hongroise est très complexe et représente l’une des premières cuisines de fusion du monde. À l’origine, les habitudes alimentaires et les plats préférés de nos ancêtres ont été influencés par les influences italiennes de l’époque de la Renaissance, puis par les plats répandus pendant l’occupation ottomane. Une mention spéciale doit être faite pour la cuisine de Transylvanie, qui elle-même est aussi une sorte de cuisine de fusion (car elle combine notamment les plats hongrois, roumains, saxons, arméniens et juifs). Et comme Pál Kövi écrit dans son chef-d’œuvre intitulé « Festin de Transylvanie »  : « chacun a enrichi l’autre, et chacun a été enrichi par l’autre... »

L’influence de la cuisine française sur celle de Hongrie est due en particulier à József Marchal, maître cuisinier du roi, qui après avoir été chef de cuisine de l’empereur Napoléon III est retourné en Hongrie et a formé d’éminentes personnalités de la gastronomie hongroise comme József Dobos C., Ede Palkovics et Nándor Kedvessy. « Grâce à eux, la cuisine hongroise n’a pas adopté de façon rigide les enseignements de l’école de cuisine française, mais ils l’ont formée, avec une subtile sensibilité, aux goûts du public hongrois sans compromettre les caractéristiques traditionnelles de la cuisine hongroise ».

Les habitudes culinaires des peuples avec lesquelles la Hongrie a été peuplée pendant la période des Habsbourg, notamment les Allemands, les Croates, les Serbes, les Bulgares, les Slovaques, les Polonais, les Ukrainiens, les Ruthènes et les Roumains, ont exercé une influence considérable sur la cuisine hongroise. Sans compter d’autres groupes ethniques, les Tsiganes et les Grecs qui étaient déjà présents sur le territoire national.

Ainsi, la synergie de tous ces éléments, tout comme les plats originaux et les habitudes alimentaires typiques de chaque région ont formé les plats et mets caractéristiques de la cuisine hongroise. Pareillement à notre langue, à notre poésie, à nos danses et à nos costumes folkloriques, la cuisine nationale est également à conserver et à cultiver.

Mais en même temps, il est très important de nous adapter aux exigences de notre époque, parmi lesquelles voici les plus importantes  :

  • plats préparés uniquement avec des ingrédients haute gamme, frais, naturels et locaux, si possible (par exemple, de la viande provenant d’animaux indigènes comme le mouton « racka », le bœuf gris de Hongrie, le porc laineux, appelé aussi mangalitza, des épices et des légumes bio), vins et d’autres boissons locaux (provenant de petites cultures, jus artisanaux)
  • portions appropriées (ni trop petite, ni trop grande), en offrant également de plus petites portions à des prix inférieurs 
  • l’utilisation des techniques culinaires les plus modernes, tout en respectant les règles de sécurité indispensables, 
    plats hypoallergéniques et sans gluten, 
    plats sains et nourrissants,
    cocktails culinaires, 
    simplicité, mentalité « retour aux racines » et plats « artisanaux », pâtes étendues à la maison

À part cela, nos collègues sont naturellement au moins aussi importants qui, par leur engagement, l’excellence professionnelle et l’esprit conscient axé sur les besoins des clients, aident la direction à mettre en œuvre des susdits objectifs.

 

 

retour